À propos du passage entre la grande galerie et la chambre de Davison

Cet article est complémentaire à celui concernant la soupape de sécurité où je mentionnais:  “Pour la plupart des égyptologues et chercheurs passionnés par la grande pyramide, le passage qui a été creusé entre la grande galerie et la première chambre de décharge est la preuve formelle que les constructeurs ont voulu vérifier la fissuration des poutres du plafond de la chambre du roi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En fait  et c’est pour cela qu’ils ne cherchent pas plus loin,
ils n’ont que cette explication pour tenter d’expliquer l’origine de ce passage autrement qu’en étant forcés d’adopter ma théorie.

Je vous rappelle que dans ma théorie, le rôle de ce passage est de protéger une chambre secrète de la fuite éventuelle d’un des joints du plafond de la chambre du roi.

 

En dehors du fait que cette idée d’aller vérifier la fissuration des poutres n’explique en rien la présence de joints bourrés entre les poutres du  plafond de la chambre de Davison , ni comment ils ont fait pour aller faire les joints s’ils n’avaient pas un passage pour sortir, nous allons voir que d’autres éléments viennent contredire l’idée d’un passage crée après la découverte de fissures.

Remettons nous dans le contexte de l’époque vu par les égyptologues.

D’après Gilles Dormion dans son livre “La chambre de Cheops”, la grande pyramide est presque terminée quand des ouvriers censés se trouver à l’intérieur d’elle, entendent un grand CRACK ! Les poutres du plafond de la chambre du roi viennent de se fissurer coté sud.

 

 

 

 

 

 

 

Afin d’aller vérifier si elles sont aussi fissurées coté nord, l’architecte ordonne de creuser un tunnel allant de la grande galerie à la chambre de Davison.
Pour la décision, c’est facile mais pour la réalisation c’est autre  chose.
À ce stade, les égyptologues oublient volontairement de se poser deux questions :

1- Quel est l’intérêt d’aller voir au-dessus ?
Car qu’on y aille ou pas, compte tenu de l’avancée des travaux, c’est irréparable ! Nous le savons et les constructeurs encore plus que nous. Alors pourquoi prendraient-ils une décision idiote ? Il ne suffit pas de décréter que le passage a été réalisé pour aller vérifier la fissuration des poutres pour en faire une vérité scientifique et ceci d’autant plus que les constructeurs n’ont pas jugé bon d’aller voir au-dessus et qu’il n’a pas été rebouché après la vérification.
2- Ce tunnel compte tenue de sa section d’environ 60cm x 60 cm est-il vraiment réalisable après coup ?
Cette question, ils ne se la posent pas puisque comme le passage existe actuellement, c’est qu’il a forcement été réalisé ! Dans ma théorie, ce passage a été creusé à ciel ouvert dans des blocs déjà mis en place puis recouvert par des blocs linteaux. Dans la leur, il a été creusé dans des blocs déjà mis en place et dans les conditions d’éclairage de l’époque ( lampe à huile).

L’entrée du passage se trouve en haut de la grande galerie , à environ huit mètres du sol.

Un tailleur de pierre commence donc par buriner ce qui deviendra plus tard l’entrée que l’on voit sur cette photographie.  Jusqu’à là, c’est facile puisqu’on peut mettre un échafaudage et quelques lampes à huile pour y voir clair.
C’est ensuite que cela se complique !
Regardez bien le gars sur cette photographie prise dans le passage en question, il ne peut marcher qu’a quatre pattes.  Rajoutez lui un burin dans la main gauche,  un maillet dans la main droite et une lampe à huile pour l’éclairage. Il fait comment le gars pour creuser ?
S’il lève les mains, toute la partie avant de son corps ne sera pas maintenue et où met-il la lampe à huile pour ne pas se bruler ?

Admettons que le problème du déséquilibre soit résolu en employant des enfants de huit ans ou des nains qui peuvent s’assoir dans le couloir, il reste a régler le problème de la consommation en oxygène de la lampe dans un espace réduit.  Il faut aussi ne pas se bruler et éviter que les gravats dégagés ne tombent sur la lampe a huile. Et pour l’évacuation des gravats, bonjour le nombre d’aller et retour.

On avance, on avance….. en creusant dans des blocs qui ont été mis en place sans savoir qu’un tunnel devrait être percé plus tard au travers d’eux.

Et voilà le beau travail final suivi d’une belle question que les égyptologues ont encore oublié de se poser.

Comment se fait-il qu’on ne voit aucun joints parallèles au couloir, ni au sol ni au plafond ?
Les blocs étant posés en quinconce, qu’elle est la probabilité de ne rencontrer aucun joint parallèle au couloir si l’on creuse un tunnel après coup dedans ?
Et comment expliquer la présence de coups de burin verticaux et de joints mur-pierre de couverture clairement visibles ?
Ajoutons une dernière question aux égyptologues :

Pourquoi l’entrée du passage en haut de la grande galerie n’a t’elle pas été rebouchée après coup ? 

Un simple placage en pierre aurait suffit pour faire disparaitre cette entrée.  Evidement dans ma théorie, il y a tout intérêt a ne pas obstruer la sortie de la soupape de sécurité mais dans la théorie des égyptologues, ce n’est pas le cas !

J’invite au passage ( c’est le cas de le dire )  les égyptologues qui persisteraient à croire au tunnel de vérification de la fissuration, à se munir d’un burin , d’un maillet et d’une petite bougie ( pour simuler la lampe à huile )  et à me montrer vidéo à l’appui, la position qu’ils adoptent pour creuser un tunnel de 60cmx60cm. Le tunnel peut-être simulé par une caisse en carton.

Après la lecture de cet article, l’heure du choix s’impose :
Soit dire comme tout le monde que le passage a été crée après coup pour aller vérifier la fissuration des poutres, ce qui n’avait strictement aucun intérêt car c’était irréparable et cela n’expliques pas :
1- Pourquoi le passage n’a pas été rebouché ?
2- Pourquoi ils ne sont pas allés voir plus haut ?
3- Pourquoi il y a des joints bourrés entre les poutres de la chambre de Davison  ? ( qui à eux seuls rendaient obligatoire l’existence d’un passage pour sortir après avoir finalisé le dernier joint )
4 – Comment ils ont fait pour n’avoir aucun joint parallèle au couloir , au sol ou au plafond en creusant dans des blocs déjà mis en place ?
5- Comment ils ont fait pour creuser un passage aussi étroit dans un endroit mal ventilé et avec des  lampes à huile comme source d’éclairage ?

Soit penser comme moi, que le passage faisait parti du plan initial de la grande pyramide et qu’il sert de soupape de sécurité mais dans ce cas là, adieu l’idée du tombeau dans la chambre du roi et vive ma théorie qui explique très facilement les 5 points ci-dessus.

Pour aller plus loin, lisez cet article.

Pour tout connaître de la position des salles secrètes et des moindres détails de cette théorie, lisez le livre de Philippe Lheureux et Stéphanie Martin « GRANDE PYRAMIDE D’EGYPTE: Les sept vérités qui dérangent »