Tous les articles par P. Lheureux

Auteur de tous les livres visibles sur http://www.lulu.com/spotlight/cheops

À propos du passage entre la grande galerie et la chambre de Davison

Cet article est complémentaire à celui concernant la soupape de sécurité où je mentionnais:  “Pour la plupart des égyptologues et chercheurs passionnés par la grande pyramide, le passage qui a été creusé entre la grande galerie et la première chambre de décharge est la preuve formelle que les constructeurs ont voulu vérifier la fissuration des poutres du plafond de la chambre du roi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En fait  et c’est pour cela qu’ils ne cherchent pas plus loin,
ils n’ont que cette explication pour tenter d’expliquer l’origine de ce passage autrement qu’en étant forcés d’adopter ma théorie.

Je vous rappelle que dans ma théorie, le rôle de ce passage est de protéger une chambre secrète de la fuite éventuelle d’un des joints du plafond de la chambre du roi.

 

En dehors du fait que cette idée d’aller vérifier la fissuration des poutres n’explique en rien la présence de joints bourrés entre les poutres du  plafond de la chambre de Davison , ni comment ils ont fait pour aller faire les joints s’ils n’avaient pas un passage pour sortir, nous allons voir que d’autres éléments viennent contredire l’idée d’un passage crée après la découverte de fissures.

Remettons nous dans le contexte de l’époque vu par les égyptologues.

D’après Gilles Dormion dans son livre “La chambre de Cheops”, la grande pyramide est presque terminée quand des ouvriers censés se trouver à l’intérieur d’elle, entendent un grand CRACK ! Les poutres du plafond de la chambre du roi viennent de se fissurer coté sud.

 

 

 

 

 

 

 

Afin d’aller vérifier si elles sont aussi fissurées coté nord, l’architecte ordonne de creuser un tunnel allant de la grande galerie à la chambre de Davison.
Pour la décision, c’est facile mais pour la réalisation c’est autre  chose.
À ce stade, les égyptologues oublient volontairement de se poser deux questions :

1- Quel est l’intérêt d’aller voir au-dessus ?
Car qu’on y aille ou pas, compte tenu de l’avancée des travaux, c’est irréparable ! Nous le savons et les constructeurs encore plus que nous. Alors pourquoi prendraient-ils une décision idiote ? Il ne suffit pas de décréter que le passage a été réalisé pour aller vérifier la fissuration des poutres pour en faire une vérité scientifique et ceci d’autant plus que les constructeurs n’ont pas jugé bon d’aller voir au-dessus et qu’il n’a pas été rebouché après la vérification.
2- Ce tunnel compte tenue de sa section d’environ 60cm x 60 cm est-il vraiment réalisable après coup ?
Cette question, ils ne se la posent pas puisque comme le passage existe actuellement, c’est qu’il a forcement été réalisé ! Dans ma théorie, ce passage a été creusé à ciel ouvert dans des blocs déjà mis en place puis recouvert par des blocs linteaux. Dans la leur, il a été creusé dans des blocs déjà mis en place et dans les conditions d’éclairage de l’époque ( lampe à huile).

L’entrée du passage se trouve en haut de la grande galerie , à environ huit mètres du sol.

Un tailleur de pierre commence donc par buriner ce qui deviendra plus tard l’entrée que l’on voit sur cette photographie.  Jusqu’à là, c’est facile puisqu’on peut mettre un échafaudage et quelques lampes à huile pour y voir clair.
C’est ensuite que cela se complique !
Regardez bien le gars sur cette photographie prise dans le passage en question, il ne peut marcher qu’a quatre pattes.  Rajoutez lui un burin dans la main gauche,  un maillet dans la main droite et une lampe à huile pour l’éclairage. Il fait comment le gars pour creuser ?
S’il lève les mains, toute la partie avant de son corps ne sera pas maintenue et où met-il la lampe à huile pour ne pas se bruler ?

Admettons que le problème du déséquilibre soit résolu en employant des enfants de huit ans ou des nains qui peuvent s’assoir dans le couloir, il reste a régler le problème de la consommation en oxygène de la lampe dans un espace réduit.  Il faut aussi ne pas se bruler et éviter que les gravats dégagés ne tombent sur la lampe a huile. Et pour l’évacuation des gravats, bonjour le nombre d’aller et retour.

On avance, on avance….. en creusant dans des blocs qui ont été mis en place sans savoir qu’un tunnel devrait être percé plus tard au travers d’eux.

Et voilà le beau travail final suivi d’une belle question que les égyptologues ont encore oublié de se poser.

Comment se fait-il qu’on ne voit aucun joints parallèles au couloir, ni au sol ni au plafond ?
Les blocs étant posés en quinconce, qu’elle est la probabilité de ne rencontrer aucun joint parallèle au couloir si l’on creuse un tunnel après coup dedans ?
Et comment expliquer la présence de coups de burin verticaux et de joints mur-pierre de couverture clairement visibles ?
Ajoutons une dernière question aux égyptologues :

Pourquoi l’entrée du passage en haut de la grande galerie n’a t’elle pas été rebouchée après coup ? 

Un simple placage en pierre aurait suffit pour faire disparaitre cette entrée.  Evidement dans ma théorie, il y a tout intérêt a ne pas obstruer la sortie de la soupape de sécurité mais dans la théorie des égyptologues, ce n’est pas le cas !

J’invite au passage ( c’est le cas de le dire )  les égyptologues qui persisteraient à croire au tunnel de vérification de la fissuration, à se munir d’un burin , d’un maillet et d’une petite bougie ( pour simuler la lampe à huile )  et à me montrer vidéo à l’appui, la position qu’ils adoptent pour creuser un tunnel de 60cmx60cm. Le tunnel peut-être simulé par une caisse en carton.

Après la lecture de cet article, l’heure du choix s’impose :
Soit dire comme tout le monde que le passage a été crée après coup pour aller vérifier la fissuration des poutres, ce qui n’avait strictement aucun intérêt car c’était irréparable et cela n’expliques pas :
1- Pourquoi le passage n’a pas été rebouché ?
2- Pourquoi ils ne sont pas allés voir plus haut ?
3- Pourquoi il y a des joints bourrés entre les poutres de la chambre de Davison  ? ( qui à eux seuls rendaient obligatoire l’existence d’un passage pour sortir après avoir finalisé le dernier joint )
4 – Comment ils ont fait pour n’avoir aucun joint parallèle au couloir , au sol ou au plafond en creusant dans des blocs déjà mis en place ?
5- Comment ils ont fait pour creuser un passage aussi étroit dans un endroit mal ventilé et avec des  lampes à huile comme source d’éclairage ?

Soit penser comme moi, que le passage faisait parti du plan initial de la grande pyramide et qu’il sert de soupape de sécurité mais dans ce cas là, adieu l’idée du tombeau dans la chambre du roi et vive ma théorie qui explique très facilement les 5 points ci-dessus.

Pour aller plus loin, lisez cet article.

Pour tout connaître de la position des salles secrètes et des moindres détails de cette théorie, lisez le livre de Philippe Lheureux et Stéphanie Martin « GRANDE PYRAMIDE D’EGYPTE: Les sept vérités qui dérangent »

 

 

Grande pyramide et “théorie” de Jérôme Maury

Alors celui-là, il est hors concours ou au minimum champion du monde de la catégorie pyramidiots. Nous allons voir ensemble pourquoi 🙂 Malgré son air très sympahique, il justifie la célèbre phrase prononcée dans les tontons flingueurs ” Les cons çà ose tout, c’est même à çà qu’on les reconnait”.

Je vous passe le début de la conférence pour arriver au vif du sujet qui concerne le fonctionnement de  l’architecture interne de la grande pyramide. Commencez à l’écouter ( le subir plutôt ) à partir de 50.50 minutes

Allez hop c’est parti pour le gros délire.
1– 53.10 Contrairement à ce qu’il dit , ce n’est pas Khéops qui a donné son nom à la chambre de la reine et cette chambre n’a d’ailleurs  jamais été destinée à recevoir la reine.
2-54.24 il est prouvé scientifiquement que l’idée de pompe à bélier hydraulique ne peut fonctionner dans cette pyramide mais lui fait de la connerie d’un autre, le point de départ de sa propre théorie. Voir cet article pour les explications.
3-55.07 Il se sert en plus pour “ça fonctionne” d’un puit vertical qui n’existait pas du temps des constructeurs de la grande pyramide puisque ce puits de 11.60 m a été creusé en 1837 par John Shae Perring et Howard Vyse.
4-55.22  “Cette forme génère une circulation de l’eau et avec un phénomène de coup de bélier crée cette aspiration”  encore un qui a tout compris au principe de la pompe à bélier car le coup de bélier est fait pour refouler l’eau et non pour l’aspirer .. et puis un coup de bélier dans une chambre souterraine en cul de sac, munie d’une réserve d’air en plafond, je demande à voir 🙂
5-57.00 “Pour moi ce mur d’enceinte servait a retenir l’eau au pied de la pyramide pour pouvoir être dynamisée par l’onde de forme.” C’est intéressant ça parce que jusqu’ici, les ondes de forme sont censées être dans la pyramide et non à l’extérieur 🙂
Résumons nous , jusqu’ici  il a pris l’eau du  nil pour la monter dans la pyramide avec une pompe à bélier alors qu’il suffisait de la mettre autour pour qu’elle soit dynamisée par l’onde de forme, Tout ça pour la redescendre ensuite au niveau du nil pour arroser les cultures avec de l’eau énergisée. Je me demande pourquoi je n’y avais pas pensé plus tôt 🙂

6-58.48 ” Vous voyez ici cette canalisation” .. perso je n’ai jamais vu de canalisation sur aucun plan ou photographies de cet endroit, même celui qu’il montre ou il ne s’agit que de deux griffes parallèles.

7-59.50 “Je ne sais pas pourquoi il y a cette marche alors moi je me suis dit que c’était un très bon moyen d’aller  déverser l’eau dans la chambre médiane et de retenir l’eau au sol dans cette chambre.”

“Alors pourquoi je me suis dit que c’était une chambre d’évaporation,  parce que les premiers explorateurs qui sont rentrés dans cette chambre, ils  ont remarqué une chose assez surprenante dans cette chambre, c’est que tous les murs étaient incrustés de sel. Il y avait une incrustation de sel de plusieurs millimètres voire plusieurs centimètres. Non naturel donc c’est comme si que de l’eau, en l’occurrence salée c’était évaporée dans cette pièce.”

J’ai retrouvé la source de cette information (voir page 633). L’auteur décrit la chambre en calcaire comme étant en granite de même nature que celui de la chambre du roi, alors autant dire qu’il n’est pas resté longtemps dans la chambre en question 🙂

À propos  du sel retrouvé sur les murs , il s’agit en fait de sel Natron et non de sel de mer. Si de l’eau salée avait été retenue dans le décaissé lié à la marche de la chambre de la reine, une fois l’eau évaporée, le sel aurait été visible uniquement dans ce décaissé et non sur les murs. À moins que notre pyramidiot pense que le sel s’évapore et se dépose sur les murs.
De ce constat, on peut juste en déduire que la chambre était humide ( donc mauvaise évaporation )  et que cette humidité permanente a la propriété de faire ressortir le sel Natron des blocs de calcaire.

Bon , on va peut-être arrêter là, vu que cela serait trop d’honneur de lui consacrer mon dimanche. Je vous laisse écouter la suite où il n’arrête pas de se contredire.
Un coup le surplus d’eau sort par la descenderie , ensuite par l’entrée réelle et ensuite il y a aussi une version ou elle sort par la sape d’Al Mamoun 🙂 de la folie pure ! Il installe même des capteurs de niveau et un régulateur d’eau dans la niche de la chambre de la reine. Et la grande galerie, bon sang mais c’est bien sur, une chambre de condensation 🙂

Résumé de cette “théorie” ou plutôt de cette débilité.

L’énergie solaire dilate le calcaire de la grande pyramide au point que celui-ci comprime les poutres en granite situées au-dessus de la chambre du roi.

( Cette connerie là, c’est Jacques Grimault qui lui a chié dans le cerveau. C’est totalement impossible compte tenu de l’épaisseur de calcaire entre la façade et les poutres mais bon 🙂 et que penser du dernier niveau de poutres situé entre les chevrons ? Il va être dur à comprimer celui là )

Le granite c’est bien connu, contient des grains de quartz qui ont une propriété piézo-électrique. Cela suffit pour accumuler assez d’électricité pour faire fonctionner une pompe à vide située dans le sarcophage. Et si cela ne produit pas assez d’électricité , la nuit par exemple, on peut brancher la pompe à vide sur l’arche d’alliance 🙂

(Le granite a aussi des propriétés radioactives, cela n’en fait pas pour autant, une centrale nucléaire. Il aurait du oser le coup de la centrale nucléaire comme ça il aurait eu de l’électricité jour et nuit sans la voler à Dieu. Je vais finir par me demander si sa boite crânienne n’est pas restée trop près de la pompe à vide !)

Grâce à la pompe à vide qui refoule l’air dans les conduits d’aération, on aspire l’air de la grande galerie pour faire chuter la pression et faire bouillir l’eau située dans la chambre de la reine à température ambiante. Quand ça bout , on ferme les herses et on laisse la vapeur se condenser en eau dans la grande galerie. Tout ça pour la récupérer ensuite (imbibée de sel Natron) au niveau de la sape d’Al Mamoun et s’en servir pour arroser les cultures avec de l’eau énergisée.
Ensuite on réouvre les trois herses (de 2.5 tonnes chacune) , on remet de l’eau dans le décaissé de la chambre de la reine grâce à la pompe à bélier hydraulique située dans la chambre souterraine et le cycle recommence.

( C’est super, on met de l’eau dans la chambre de la reine pour qu’elle s’évapore puis qu’elle se condense pour redonner de l’eau et en plus , il faut construire une pyramide géante et se servir de l’arche d’alliance pour  arriver à transformer l’eau en eau. Jérôme, sais tu que plus tard, Jésus Christ a réussi à transformer l’eau en vin sans pyramide 🙂

À noter  au passage, l’utilisation sans autorisation d’un des dessins que j’avais fait pour ma théorie et où l’on se demande bien ce que l’indication ‘Plancher de charge du couvercle” vient faire dans sa théorie à lui puisque pour lui, la chambre du roi ne contient qu’une pompe à vide 🙂

Euh … c’était une conférence ou un diner de cons, parce que si c’était un diner de cons, ils ont du bien se marrer 🙂

 

Enfin moi ce que j’en dis, c’est que plutôt que de perdre votre temps avec ce genre de “théorie”, vous feriez mieux de m’écouter.

Jérôme Maury ayant publié une réponse à mes propos sur YouTube , je vous en fait profiter.

Je lui ai répondu en commentaire sous sa vidéo.

Grande pyramide et pompe à bélier hydraulique

À propos de la “théorie” qui veut faire passer la pyramide pour une pompe à bélier hydraulique et dont vous pouvez retrouver tout un tas d’épisodes sur YouTube.

Que faut-il en penser ?

Crédible ou pas ?

Dans ses huit vidéos, l’auteur se sert de sa maquette, soit pour faire ressortir de l’eau par les conduits de la chambre de la reine, soit pour pousser des blocs de calcaire un par un dans la grande galerie.

En dehors du fait que les conduits de la chambre de la reine s’arrêtaient quinze mètres avant la façade  et que cela n’aurait absolument aucune utilité de faire ressortir l’eau en façade par les conduits nord et sud de la chambre du roi, voici un petit debunkage de cette théorie en trois points principaux.

1ère arnaque intellectuelle : Le  niveau du nil

L’auteur prend l’eau dans un pot de fleur simulant le nil en crue , eau dont le niveau est égal au niveau zéro de la grande pyramide. En fait quand on veut siphonner un récipient, il faut respecter scrupuleusement deux règles.
1- Le niveau de sortie de l’écoulement (2) doit être inférieur au niveau d’entrée de l’eau (1).
2- La hauteur d’aspiration ( distance entre le niveau de l’eau  (1) et l’entrée de la pyramide ne soit pas dépasser sept à huit mètres.
La vidéo ci-dessous vous expliquera pourquoi.

Il faut savoir que l’entrée de la grande pyramide se situe à environ +17 m du niveau du dallage extérieur soit 10 m plus haut que ce qu’il faudrait pour pouvoir aspirer de l’eau dans un bassin situé au niveau du dallage.
De plus, pour être scientifiquement crédible, comme sa maquette est à une échelle réduite , il aurait du réduire en proportion,  la pression atmosphérique qui s’exerce sur l’eau du pot de fleur. ( ça c’est une grosse erreur scientifique, volontaire ou pas qui fausse complètement le résultat observable)

Comme vous pouvez le remarquer sur cette ancienne photographie d’une des crues du nil, la grande pyramide est posée sur un plateau rocheux en calcaire qui se situe bien au-dessus du niveau du nil.

Pour vérifier la différence de niveau entre le nil et le plateau, j’ai utilisé un outil online qui donne les cotes d’altimétrie du relief à un ou deux mètres près.

Le plateau ( dallage externe de la pyramide devant son entrée ) est à +61 m du niveau de la mer et le nil à +20 m, soit une différence de 41 m. Et comme l’entrée est à +17m du dallage, il y a donc une différence de niveau de 58 m entre l’entrée de la pyramide et le nil.

Il faut aussi prendre en compte le fait que la chambre souterraine est à -30 m du dallage externe donc à  11 m au-dessus du niveau du nil. ( Rappelez vous que le point d’aspiration doit obligatoirement être plus haut que le point de sortie de l’eau pour que cela fonctionne or dans la réalité, visiblement, ce n’est pas le cas) .
On va être gentil , admettons que malgré l’absence d’un véritable  courant d’eau dans les zones inondées, ils aient mis une pompe à bélier hydraulique au niveau du nil pour remonter l’eau jusqu’à  une grande cuve posée sur le dallage de la grande pyramide et dont le niveau de l’eau serait à moins de sept mètres de hauteur de l’entrée.
Reste à savoir comment ils auraient réalisé le tuyau qui va du bassin à l’entrée 🙂 Et ne me répondez pas .. “avec le même tuyau que celui qui a permis de remonter l’eau du nil jusqu’au plateau” ..par pitié 🙂

2 ème arnaque intellectuelle : Le coup de la nappe phréatique dans la chambre souterraine

Si l’auteur des vidéos argumentant en faveur de la pompe à bélier avait simplement pris le temps d’ouvrir Wikipédia , il aurait pu y lire que le puits de 11.60 m de profondeur creusé dans le sol de la chambre souterraine  est l’oeuvre de John Shae Perring  et Howard Vyse dans le cours de l’année 1837 et non l’oeuvre des bâtisseurs.

Rappelez vous que la chambre souterraine est située 11m au-dessus de la crue du nil. Le puits arrive donc un peu plus bas que le niveau du nil et pourtant, depuis 1837, il ne s’est jamais rempli d’eau.

La raison est toute simple, sous la pyramide, le calcaire du plateau de Gizeh est une roche étanche et non une roche poreuse permettant l’existence d’une nappe phréatique.

Regardez attentivement ses vidéos.  À chaque fois qu’il veut faire fonctionner le clapet, il est obligé d’ouvrir le bas du tuyau (situé au niveau de la chambre souterraine) pour que l’eau s’écoule et puisse ainsi permettre les coups de bélier. Pas d’écoulement = pas de coup de bélier or dans la réalité , la chambre souterraine est un cul de sac parfaitement étanche. Dès qu’elle serait remplie, elle ferait office de bouchon et empêcherait l’écoulement de l’eau dans la descenderie.

Et même en admettant (pour lui faire plaisir) qu’une éventuelle nappe phréatique existe, son débit d’absorption ne permettrait en aucun cas à l’eau de couler assez vite pour produire des coups de bélier.

3 ème arnaque intellectuelle : Le clapet au niveau des trois bouchons de granite

Je  serais vraiment curieux de voir les plans du clapet en question réalisé avec les matériaux de l’époque mais le plus amusant c’est qu’a l’embranchement prévu pour celui-ci , on trouve actuellement trois bouchons de granite.
Or si vous lisez cette page, il y a plus qu’une très grande probabilité pour que les trois bouchons de granite aient été mis là où on les a trouvés, dès l’origine de la construction.

Conclusion
Elle rime avec théorie bidon. J’ai du mal à comprendre quel est le but recherché par celui qui met en ligne ce genre de vidéo attrape gogos ?
Et pourtant ça marche si l’on en juge par certains commentaires comme celui-ci  :

D’une lucidité et simplicité implacable, comme d’hab! bref merci! juste un truc mettre le tuyau du bas à 90% dans le vrai puits:) Et la chambre de la reine pouvait être imperméable avec un enduit en chaux! Facile à faire avec du calcaire! Merci encore!

Et après tout ça, que dire du système pousse pierre dans la grande galerie qui en plus ralentirait considérablement le temps prévu pour la construction de la pyramide ?

Uniquement me rappeler de la formule “Un con ne perd jamais son temps, il perd celui des autres”. 

Désespérant !
Enfin moi ce que j’en dis, c’est que plutôt que de perdre votre temps avec ce genre de théorie, vous feriez mieux d’aller voir la mienne.

 

 

À propos du gros linteau situé au-dessus de l’entrée de la chambre dite “du roi”

Vous l’avez sans doute remarqué, l’entrée de la chambre dite “du roi” est surplombée par un énorme linteau en granite  lui même surplombé par une longue poutre linteau alors que celle dite “de la reine” n’a qu’un petit linteau en calcaire surmonté de deux autres petits linteaux calcaires. Pourquoi une telle différence de conception entre les deux chambres ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans notre théorie, la chambre dite “du roi” est destinée à être remplie d’eau à l’aide de ses conduits. Or du fait de la hauteur de colonne d’eau possible dans les conduits, la pression dans la chambre variera entre 3.9 bars au sol et 3.4 bars au plafond.

Cette pression importante est sans effet sur les murs sud, est et ouest car ils sont maintenus par la masse des pierres de la pyramide mais elle repousserait sans problème des pierres situées sur le mur nord devant le vide de l’antichambre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La solution retenue par les constructeurs pour contrer les effets de la pression hydrostatique au niveau du vide de l’antichambre a été de poser deux énormes linteaux de 1.28m de profondeur chacun (en jaune), l’un derrière l’autre  pour renvoyer les effets de la pression de l’eau de chaque coté des murs de l’antichambre.

Encore un dispositif technique qui fout bien en l’air l’hypothèse “tombeau” de cette chambre et qui accrédite d’autant plus le fait que la chambre dite “du roi” a été spécialement conçue pour recevoir de l’eau.

Mais me direz-vous, la chambre de la reine ayant servie de chambre de test ou de fermeture a aussi contenue de l’eau et n’a pas pour autant de gros linteau ! Normal , il n’y a pas d’antichambre derrière l’entrée de la chambre donc aucun risque que les pierres soient repoussées du fait de la pression.

Pour tout connaître de la position des salles secrètes et des moindres détails de cette théorie, lisez le livre de Philippe Lheureux et Stéphanie Martin « GRANDE PYRAMIDE D’EGYPTE: Les sept vérités qui dérangent »

 

 

 

 

 

La raison d’être de la grande galerie

Pour la plupart des égyptologues, la raison d’être de la grande galerie reste un mystère.  Un vide de 47 mètres de long par 8.60m de hauteur. Une largeur de 2.10m ( 4 coudées) en partie basse et de 1.05m (2 coudées) en partie haute. 7 encorbellements , 36 poutres de couverture. Du jamais vu nul par ailleurs qu’en plein cœur de la grande pyramide.

Nous allons voir que dans notre théorie, la raison d’être et la forme de cette grande galerie s’expliquent très facilement et qu’en plus, ils ne pouvaient pas faire autrement.

Voici la liste de ces six fonctions.

1 – Permettre l’évacuation des 270 m3 d’eau contenus dans la chambre dite “du roi” et nécessaires pour faire fonctionner le mécanisme hydraulique.
C’est pour cette raison que le bas de la grande galerie a exactement la même forme que celle d’un égout en pente.

Une cunette centrale et deux banquettes latérale. Le schéma type d’un égout classique comme sur cette photographie.

2- Permettre le raccordement à l’évacuation en provenance de la grotte et l’envoi d’une partie de l’eau dans le couloir ascendant pour repousser les bouchons de granite.

Le raccordement à cette évacuation détermine son point bas. 

3- Permettre l’évacuation de l’eau en provenance de la soupape de sécurité.

Le raccordement à cette évacuation détermine son point haut ainsi que la largeur de son plafond pour qu’un homme puisse y rentrer et en sortir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir l’explication concernant la soupape de sécurité.

4- Permettre de supporter le couloir d’accès à la chambre secrète.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La largeur standard d’un couloir étant de deux coudées, cela conditionnait aussi la largeur du plafond de la grande galerie.

Les blocs de couverture de la grande galerie servent à la fois de butons et de sol du couloir secret.

5- Permettre un passage d’homme entre le couloir secret et la grande galerie.

Il semblerait que la pierre située en haut du bas de la grande galerie n’ait pas pu être repoussée complètement. Cet éventuel passage n’est pas une certitude mais une bonne piste a explorer car le bloc en question est couvert par une poutre qui fait linteau.

6- Permettre l’économie du volume de pierres non posées grâce à cette grande galerie.

 Mine de rien c’est une sacrée économie.

La prise en compte de ces six fonctions lors du chantier de la grande pyramide imposait forcement l’existence d’une grande galerie et conditionnait aussi sa longueur et sa forme. Rien de mystérieux donc à partir du moment ou l’on s’écarte de la théorie officielle.

Pour tout connaître de la position des salles secrètes et des moindres détails de cette théorie, lisez le livre de Philippe Lheureux et Stéphanie Martin « GRANDE PYRAMIDE D’EGYPTE: Les sept vérités qui dérangent »

 

 

À propos de la cavité d’environ 30m de longueur détectée par la mission Scan Pyramids

La première annonce sensationnelle faite par la mission Scan Pyramids m’avait laissé pantois ! Une erreur d’interprétation aussi grossière de la part de scientifiques censés être la crème de la crème dans leurs domaines respectifs ne présageait rien de bon en ce qui concerne les conclusions de la mission.

Pour l’infrarouge, c’était raté pour l’anomalie thermique de la face est, mais aussi surtout pour  Jean-Pierre Houdin et Dassault Systèmes qui ont vraiment du être déçus de n’avoir  trouvé aucune trace de leur fameuse rampe interne.

Restait donc les muons, et la , j’avais bon espoir pour avoir échangé quelques mails avec Sébastien Procureur afin de lui expliquer ou il fallait pointer ces instruments détecteurs de muons  pour avoir le plus de chance de détecter le vide lié à la chambre secrète.

Je lui ai même offert en pièce jointe, mon étude sur les cinq plafonds ainsi que celle sur la position de la chambre secrète. Il ne pouvait pas la rater sauf bien sur s’il pointait ses instruments sur la face est.

Dans ce cas, le vide de la chambre secrète serait masqué par le vide lié à la présence de la chambre du roi et ceux de la rehausse des chevrons.

Suite à cela , il s’est avéré que leurs instruments placés à l’extérieur de la grande pyramide, n’étaient pas assez sensibles pour radiographier la pyramide en profondeur. Le temps de pose aurait été trop long. Ils se sont donc concentrés sur les arêtes, la ou il y avait moins de matière à transpercer et on découvert une nouvelle petite chambre sur l’arête nord-est un peu au-dessus d’une autre cavité connue.

De son coté, et c’est déjà pas si mal, l’équipe japonaise de la mission et qui travaillait avec des plaques à muons,  a découvert l’entrée du couloir qui mène à la chambre secrète et qui est située juste sous les chevrons de l’entrée principale comme je l’expliquais dans cette vidéo qui date de 2014.

Suite à la découverte de l’amorce du couloir, juste sous les chevrons de l’entrée, j’ai tenté de recontacter plusieurs  fois Sébastien Procureur par mail mais pas de réponse.

C’est donc avec surprise que le premier novembre 2017, j’ai appris qu’un vide de 30 m de long avait été détecté au-dessus du niveau de la grande galerie.

Là,  c’est une bonne nouvelle car ce vide est situé sensiblement au même niveau que celui où je situe la chambre secrète.

J’ai toujours dit qu’a ce niveau, il y avait une chambre à l’endroit indiqué mais que celle-ci pouvait communiquer ensuite avec d’autres chambres. La grande pyramide a un volume plus que suffisant pour cela.

Je ne vois pas au travers les murs mais compte tenu que la chambre secrète est décalée vers le sud , il y a forcement plus de place vers le nord pour y aligner une suite de chambres ou une chambre longue.

Et comme toute leur architecture interne est orientée nord-sud , s’il y a une grande cavité liée à d’autres chambres, elle ne pouvait être qu’a l’endroit où la mission Scan Pyramids l’a repérée.

Bref ce vide, si il existe vraiment,  ne remet pas en cause ma théorie. Bien au contraire, il ne fait qu’apporter de l’eau à son moulin et rend encore plus logique l’existence d’un couloir qui passe au-dessus de la grande galerie pour y accéder.

Il est d’ailleurs amusant d’entendre les égyptologues et les experts de la mission Scan Pyramids se poser la question: Mais comment fait-on pour y accéder ?

J’ai presque envie de leur répondre, lisez mon livre et vous saurez.

Franchement, ils ont l’amorce d’un couloir derrière les chevrons de l’entrée, ils savent que le plafond de la grande galerie est plat au lieu de se terminer en pointe, qu’il fait exactement la largeur d’un couloir et ils se posent la question ?

Un autre point positif est que maintenant, ils vont mettre des plaques à muons dans la chambre du roi, voire dans les chambres au-dessus de celle du roi alors cette fois-ci, espérons qu’ils ne ratent pas le vide lié à la chambre secrète. Qu’on en termine bordel ! 🙂

Pyramidologie : Apprenez à développer votre esprit critique !

 Sur Facebook, on peut trouver une page en hommage à un certain François Dupuy-Pacherand. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est le gars sur lequel Jacques Grimault a plagié l’essentiel de son “travail mathématique” sur la grande pyramide.
Nous avons choisi cet exemple car il est assez parlant en ce qui concerne l’arnaque intellectuelle basée sur des calculs mathématiques.

Tout commence par une image censée montrer la toute puissance du raisonnement  mathématique des bâtisseurs. L’auteur de la page en question (un Gripoo * ) ayant insisté lourdement pour que nous n’utilisions  pas ses images sur notre site , nous avons résumé son travail en deux images de meilleure qualité.

(*) Le Gripoo est un adorateur de Grimault et Pooyard suite au film “La révélation des pyramides”.

terre horizon

terre horizon1

Sur son site il est aussi fait les affirmations suivantes :

Sur terre le soleil éclaire chaque jour pendant 12 heures soit 43200 secondes.

Si l’on suit la logique des bâtisseurs qui indique une égalité entre les mètres et les secondes, nous nous apercevons que 271433 secondes est égal à 3.15159653 jours soit PI parfait !

Ainsi que le remerciement :

Merci Monsieur Dupuy-Pacherand

Qu’essaye-t-on de nous faire gober ?

1 – Que si l’on se positionne au sommet de la grande pyramide, la distance du sommet jusqu’à  l’horizon sera un cercle de 43200 mètres de rayon.

2- Que si l’on remplace le rayon en mètres par des secondes , on obtient un cercle de circonférence valant exactement  PI  exprimé en jours.

3- Que sur terre le soleil éclaire chaque jour pendant 12 heures.

4- Que les constructeurs connaissaient le mètre car ce genre d’analogie avec les secondes ne marche pas avec les coudées.

5- Que la logique des bâtisseurs indique une égalité entre les mètres et les secondes.

6 – Qu’il est bon de remercier Monsieur Dupuy- Pacherand pour cette découverte.

Vérifions donc cette fabuleuse découverte en activant notre esprit critique !

1 – Calcul de la distance de l’horizon ?

La formule est disponible sur cette page web

R = rayon moyen de la Terre = 6 371 000 m
h = hauteur de l’observation = 280 coudées soit  146.61m avec une coudée royale= π/6 en mètre
D = distance de l’horizon =  √ (2hR + h2)

  Ce qui nous fait D = 43221 mètres et non 43200 mais admettons que leurs calculs n’étaient pas aussi précis que les nôtres et qu’ils ont trouvé 43200 mètres pour que ça colle plus tard avec le nombre de secondes dans une demi-journée.
Ca commence bien et pourtant c’est complètement faux car la distance de 43200 mètres n’est valable que si la base de la pyramide est au niveau zéro or ce n’est pas le cas sur place du fait que la grande pyramide est construite sur un plateau calcaire, en l’occurrence le plateau de Gizeh.
Il y a donc lieu de prendre en compte la hauteur de ce plateau dans le calcul si l’on veut connaître la véritable distance de la ligne d’horizon.

nil3

Et compte tenu de la hauteur du plateau en question, on ne risque pas de tomber sur 43200 mètres.

2- Incroyable un rayon de 43200 secondes correspond à une circonférence égale au nombre PI en jours !

  Ce qui serait incroyable ca serait surtout que le rayon de 43200 secondes ne correspondent pas au niveau de la circonférence à PI exprimé en jours 🙂
Regardez bien l’astuce 12h = 43200 secondes or 12h c’est aussi une demi-journée.  Si l’on prend comme rayon du cercle une demi-journée , le diamètre du cercle sera de une journée et sa circonférence forcement de 3.14159.. jours.
1 x 3.14 =3.14 .. incroyable 🙂
Mais le pyramidiot attire votre attention sur les 43200 m du rayon pour s’étonner ensuite que le nombre de secondes de la circonférence = PI en jours.
Ca mérite deux baffes !  Heureusement qu’il est mort celui là mais Jacques Grimault risque bien de nous la ressortir.

3 -Sur terre le soleil éclaire chaque jour pendant 12 heures.

 Oui mais seulement deux fois par an aux équinoxes de printemps et d’automne. Le reste du temps la durée des jours et des nuits varie. Une telle ignorance surprend !

4 – Les bâtisseurs connaissaient le mètre.

 Le sujet a déjà été débattu ici.  Le mètre a été défini le 26 mars 1791 par l’Académie des sciences comme étant le dix-millionième de la distance pour aller par le plus court chemin d’un pôle à un point donné de l’équateur.

5 – La logique des bâtisseurs indique une égalité entre les mètres et les secondes.

  Non c’est seulement la logique des pyramidiots qui indique ce genre d’égalité débile ! Méfiez vous de ceux qui confondent Maitre, mètre et “je vais vous la mettre”. Franchement vous imaginez les bâtisseurs définir la hauteur de la grande pyramide en coudée de telle sorte qu’une fois la distance de la ligne d’horizon transformée en mètres puis en secondes, donne une demi-journée ? Et le tout histoire de se servir de ce rayon en secondes pour exprimer PI en jours ?

6 – Merci Monsieur Dupuy-Pacherand

Oui merci pour votre ignorance qui nous a fait sourire 🙂

Conclusion

Comme vous avez pu le constater, ce n’est pas vraiment difficile de contrer les dires d’un pyramidiot, il suffit simplement d’être un peu moins con que lui pour y arriver.

 

Grande pyramide et vitesse de la lumière

 D’après le film “La révélation des pyramides” de Jacques Grimault et Patrice Pooyard, les constructeurs de la grande pyramide connaissaient le mètre, PI, PHI ainsi que la vitesse de la lumière exprimée en mètres par seconde.

 En ce qui concerne le mètre, PI et PHI nous avons déjà donné notre avis dans l’article “La révélation des pyramidiots” mais qu’en est-il pour la vitesse de la lumière qui dans le vide est de 299 792 458 m/s

IC

 La relation entre pyramide et vitesse de la lumière est exposée ainsi :

 Périmètre du cercle circonscrit en mètres  – périmètre du cercle inscrit en mètres = mêmes chiffres que ceux de la  vitesse de la lumière en m/s si l’on fait abstraction de la virgule et du fait que l’on obtient pas des m/s en soustrayant deux valeurs en mètre.

 5 carottes –  3 carottes  est égal à 2 carottes et non  à deux carottes épluchées par seconde !  Il suffit de ne pas avoir séché l’école primaire pour le savoir 🙂 idem pour la différence entre 299.792458 et 299792458. La position de la virgule fait que les deux nombres sont en fait complètements différents.

 De plus , il faut aussi admettre que les constructeurs de la grande pyramide aient eu exactement la même démarche intellectuelle de subdivision du temps que nous pour définir la seconde. On sait qu’ils avaient  découpé un jour en 24 heures mais de même que l’on peut mesurer un angle en grades ou en degrés, il leur aurait été tout à fait possible d’inventer un autre système de subdivision du temps. Ceci dit pour obtenir la seconde et mesurer la vitesse de la lumière avec un cadran solaire, nous leur souhaitons bien du plaisir 🙂

 Nous vous invitons à utiliser la calculatrice scientifique de Windows pour que vos calculs aient le maximum de précision. Après tout quand on parle de vitesse de la lumière, autant être le plus précis possible.

 Afin d’effectuer le calcul , nous avons besoin de connaître la  valeur de la coudée royale exprimée en mètre en admettant comme postulat hautement improbable  que les constructeurs de la grande pyramide connaissaient le mètre et ont dessiné un cercle de 1 m de diamètre pour obtenir leur coudée royale :

 π en mètres / 6 = 0,52359877559829887307710723054658 m

Nous avons aussi besoin de connaître la valeur de la racine carré de 2 pour calculer le diamètre du cercle circonscrit.

√2=1,4142135623730950488016887242097

 Comme vous pouvez le constater, la calculatrice scientifique de windows aligne bon nombre de chiffres après la virgule.

 Ne perdez pas de vue non plus que si nous en avons besoin, les constructeurs de la grande pyramide en avaient besoin aussi 🙂

 Et maintenant passons aux calculs !

 Périmètre du cercle circonscrit en mètres = (base en coudées x valeur de la coudée en mètres x √2) x π

 Ce qui donne : 1023,5667492803689983431089373048 m

 Périmètre du cercle inscrit en mètres = (base en coudées x valeur de la coudée en mètres) x π

 Ce qui donne : 723,77098941321963204786267332425 m

Différence entre cercle circonscrit et cercle inscrit = 299,7957598671493662952462639806 m/s  au lieu de 299,792458 m/s comme annoncé 🙂

 N’auriez vous pas la légère impression qu’on vous prend pour des cons quand on vous dit que les constructeurs de la grande pyramide connaissaient la vitesse de la lumière ?

 Le but non avoué est évidemment de nous faire gober qu’il y a de la connaissance extraterrestre intégrée dans cette pyramide, la vitesse de la lumière pensez donc ! Les gogos vont adorer et à aucun moment ils ne se poseront la question de savoir:  à quoi cela pouvait-il bien leur  servir de connaître la vitesse de la lumière du temps des pyramides ?

 Et pourquoi ne trouve t-on aucune trace de la vitesse du son ?  340.29 m/s ou 1224 km/h

 Tout simplement parce que comme le dit le dicton “C’est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son que certains paraissent brillants avant d’avoir l’air cons”.

 Mais il y a plus délirant encore que cette histoire de soustraction entre cercles inscrits et circonscrits, la latitude (*) de la grande pyramide correspondrait aussi aux chiffres de  la vitesse de la lumière quand elle est écrite en degrés décimaux.

(*) La latitude est une mesure angulaire s’étendant de 0° à l’équateur à 90° aux pôles.

Dans le temps elle était exprimée en degrés – minutes – secondes mais depuis l’arrivée des ordinateurs et des GPS , les notations équivalentes en degrés décimaux sont également utilisées :

  • DMS Degré:Minute:Seconde (49° 30′ 00″ – 123° 30′ 00″)
  • DD Degré décimal (49,5000° – 123,5000°), généralement avec 4 décimales
 Dans le degré décimal , on conserve l’heure en degrés mais les minutes et les secondes sont converties en décimal  genre 60 minutes ou 60 secondes = 100. Un choix bâtard  fait par les informaticiens pour se simplifier la vie alors comment les constructeurs de la grande pyramide auraient-ils pu avoir la même idée ?
Allez faire un petit tour dans Google Maps et rentrez les coordonnées suivantes :
latitude1
et voilà, la latitude 29.9792458 tombe presque au niveau de la marche du couloir de la chambre de la reine si on prend une longitude passant pile par l’axe nord-sud de la pyramide.
latitude

Une coincidence qui pour certains pyramidiots n’en est pas une, car c’est bien connu , la notation en degrés décimaux qui est apparue avec l’informatique et les GPS était forcement connue des constructeurs de la grande pyramide 🙂 Ils étaient sacrément médiums en ce temps là.

Après 299.792458 et 29.9792458 , il semblerait que la grande pyramide puisse aussi prédire le cours de la bourse

sicav

ainsi que le nombre de comprimés saisis lors de l’ arrestation d’un individu qui était loin d’être une lumière 🙂

arrestation

Incroyable non ?  

 Conclusion

 Outre l’énorme erreur de logique mathématique du genre distance – distance = vitesse associée à une non prise en compte de la position de la virgule dans les chiffres, à certaines valeurs volontairement arrondies ainsi qu’à une chronologie des évènements plus que douteuse, le film la révélation des pyramides” ne révèle en fait que l’inculture de ses auteurs et leur volonté de transmettre un message apocalyptique bidon.

 Voilà une civilisation antédiluvienne qui aurait construit la grande pyramide dans le but de nous avertir d’un danger d’extinction de la race humaine qui se reproduit tous les 25760 ans environ.

 Cette civilisation qui aurait inventé le mètre avant nous et pourquoi pas  la notation de la latitude en degré décimaux avant l’ordinateur et le GPS aurait volontairement consigné PI, PHI, le mètre et la vitesse de la lumière dans les dimensions et la position de la grande pyramide tout en oubliant volontairement d’écrire partout ou elle aurait pu le faire, notamment dans la grande galerie.

 Et le pire c’est que pour retrouver ces dimensions , il faut déjà les connaître et les rechercher en mètre alors même que celui-ci n’était pas connu des constructeurs 🙂 Parce que si on ne connaît pas la vitesse de la lumière et qu’on trouve un nombre comme 299,792458 , le rapprochement sera loin d’être évident. Idem pour PI et PHI.

Reste maintenant à gérer le nombre incalculable de gogos qui y croient “dur comme fer” vu qu’il est bien connu que “Plus c’est gros, plus ça marche” et qui sont prêts à en découdre dans tous les forums.

Cheop’s Pyramid : A new theory to explain the internal architecture

 Until now Egyptologists and Architects who have analysed the pyramid have always reasoned it to have been constructed chronologically, that is to say from base to peak !

 The majority think that its internal architecture is tied to the fact that the Pharaoh could have died during construction and that it would therefore be necessary to store his body in some part whilst awaiting the end of the work.

 They would have created the underground chamber and the Queen’s chamber in anticipation of the Pharaoh’s premature death. As for the King’s chamber they apparently abandoned it following the discovery of cracks in the crossbeams of the ceiling and would have decided to store the body in another, hypothetic chamber, that is yet to be discovered. (LA CHAMBRE DE CHEOPS de Gilles Dormion chez FAYARD) Two provisional tombs for a single body and a third that is unused ? Unlikely ! Why did they not use one of the two temporary chambers after the discovery of these cracks ? The mystery lingers ! We therefore have three known chambers devoid of hieroglyphics and half a sarcophagus that is more resemblant of a trough and cannot even pass through the corridor leading up to it. The Pharaoh’s mummy would therefore have to have been transported on a stretcher before being put in his sarcophagus. Try to imagine the funeral procession passing through the descending corridor, the ascending corridor or grand gallery whilst having to pass on top of the granite plugs, and all this in the dark in a confined atmosphere and with a steep incline ! It is no longer a royal funeral but more French “INTERVILLES” game TV show.

 What if the King’s chamber was never destined to serve as tomb ?

 Can it be true that all those who have studied the monument have been looking for a tomb and therefore have been unable to see the real use for this chamber ?

 In every case it appears to demonstrate this with deeper analysis of the “relieving chamber” – this strange structure consisting of five successive granite ceilings covering the King’s chamber.

image009

 Cross section of the King’s chamber showing the 5 successive ceilings

 Gilles Dormion said it in his book “Khéop’s Chamber” published in 2004 by Fayard.

 “If the term ’relieving chamber’ is evocative it is not however really justified here. What would actually protect the King’s chamber from the considerable weight that it must absorb is the relieving keystones , the chevron that sits on top of the whole structure.”

 So then, what can the real aim of the constructors be in adding so many crossbeams, and therefore weight, between the King’s chamber and relieving keystones ?

dormion-1fc69

Longitudinal cross section of the King’s chamber. Extract from the book by Gilles Dormion (Kheop’s chamber)

 Almost 2200 tonnes of granite (coming from quarries situated 960 km from the grand pyramid), have also been added above the King’s chamber without apparent logic.

 When we think that the largest crossbeam borders on 63 tonnes and that it was necessary to hoist it up between 49m and 60m in height, it must have been for a very good reason !

 One explanation, the most advanced and serious to date, was that this structure served to raise the chevrons so as not to press on the grand gallery and support less weight. They operate then as chambers of elevation.

 This solution, even if it consists of a part of the structural truth, would not however stand up long to critical analysis. Not least that the Queen’s chamber, situated on a level clearly inferior to that of the King’s chamber, would have its own chevron arch, and it would have been a lot simpler to lay it horizontally along side the King’s chamber in the grand gallery to rectify the problem of the weight displacement.

 Those who support this hypothesis of elevation also admit that the internal architecture of this pyramid had been the subject of several modifications in the course of the works. The abandoning of the underground chamber and the Queen’s chamber seems to give them reason, but then since the modifications were on-running why did they not chose an easier solution to use and so avoid the transportation and handling of all these granite crossbeams ?

 But, what if the constructors hadn’t made a mistake ? What if there had simply been another logical reason for the position of the chamber ?

 If we look at it, these four supplemental levels of ceiling only support their own weight and carry their loads on the crossbeam of the first ceiling of the chamber. Why have all they been made to add more weight onto the crossbeams ? It is left then to the royal mummy to risk lifting the ceiling with his little muscular arms  ?

Examinations of another hypothesis !

 To truly understand the role of this structure it is necessary to reason in the sense of gravity (from high to low) and abandon the idea of a tomb. Abandonment is actually easy if we admit that the two shafts said to be for “Ventilation” that open out on the side of the pyramid run a huge risk to the mummy and the funeral embellishments. Apart from the circulation of air, bacteria, insects, sand and eventually rain it would have only taken someone to pour water into the shafts to drown the mummy and its royal furniture. Pillagers could have had the idea just to see where the water would exit. It is a risk Cheops would never have taken if he wanted to preserve his mummified body to ascend to the life eternal.

 Everything becomes clear if we start to look at the king’s chamber as a simple watertight granite vat supplied by two water feeding shafts and closed by a granite guillotine gate system (the portcullis chamber).

 So, what will happen if we fill it up with water from one or other of these shafts ?

piston1-f6358

 With a column of water round 34 meters in height between the underside of the ceiling and the exterior of the shafts we will obtain a pressure of 3.4 bars or 34 tonnes per m² and would leave around one meter of compressed air in the top of the vat (Calculated from Mariotte’s law / Boyle’s law – the relationship between volume and pressure).

 This pressure would be sufficient to very easily elevate the ceiling constituting crossbeams of around sixteen tonnes, affording each one near six square meters in contact with the compressed air, unless of course they were held in place by the weight of the crossbeams above.

 To elevate 2200 tonnes spread out over (10.48m x 5.24m) = 54.91 m², it would be necessary for a pressure of 40 tonnes per m² whereas the column of water only produced 34 tonnes par m².

pression1-a4694

pression2-b1016

 If we consider the first ceiling to be like a lid of a watertight vat then the floors above are acting as weights in this lid to prevent the elevation. A calculation effectuated by the structural engineer to demonstrate that the crossbeams of the ceiling could have easily held the pressure without breaking but that they would be lifted without the weight of the structure above.

 This device is therefore proof positive that the constructors wanted to battle against the pressure.

 In case of escape they even had the foresight to add a security valve in the “passage” (see the longitudinal cross section of the King’s chamber) allowing the protection of the chalky rafters when evacuating the water towards the grand gallery.

planchers_de_charge-e32e8

A lid sufficiently ballasted to resist the pressure

 The choice of a flat ceiling for this chamber is equally justified by the fact that the surface in contact with the pressure is a lot weaker than those on covering made of rafters. Moreover, the pressure on the ceiling is uniformly distributed whereas in the case of rafters the pressure would be stronger on the base of the rafter than on the roof, clearly augmenting the risk of collapse in the rafter’s gap.

chevrons-5aa59

 As soon as we forget the history of the tomb it is surprising to diagnose from the longitudinal cross section of this “King’s chamber” that it strangely resembles a sort of hydraulic piston.

 What if its paving had been conceived to descend under the effect of the pressure ?

 Such a device appears good and to have been tested by the constructors in the Queen’s chamber. Her floor is lowered, without logical reason, 54 cm in relation to the level of her access corridor, and the surface area of the depression on the Queen’s chamber and the lowered corridor is within a few centimeters of the granite floor area of the King’s chamber and the chamber of portcullises.

19_edgar-36235

Step seen in the Queen’s chamber

axes-70a6f

 Sketch in cm showing that the passageways of the two chambers would almost have the same axis if there was no step. Have the constructors made an experiment in sinking the floor of the Queen’s chamber ?

 It suffices therefore that the paving of the King’s chamber is sunk by 54 cm to obtain an automatic liberation of the water without human intervention. The water escapes by the portcullises that follow the granite floor’s descent.

piston3-2c836

 The fourth portcullis is fixed to the antechamber functions as a nozzle in order to avoid damaging the chalky wall between it and the grand gallery.

 You are asking yourself why the grand gallery resembles a sloping sewer ? Two lateral benches and a central drain ! It even has a step in the high part that was originally cut in a V to orientate the residual water towards the drain.

marche1-95fdc

 Photograph dated 1910 showing the step cut with a V situated in the top of the grand gallery.

 To come back to the “relieving chambers” or rather now to the “lid loading floors” you understand that this structure not only correctly explains that it is a box battling against the pressure but that it loses all other use !

 It would therefore be good for Egyptologists to admit the possibility that what they have taken to be the King’s chamber is in fact just a watertight vat for a primitive hydraulic piston.

 Accepting this idea will not only be a major discovery for humanity but will also allow a newed research in the pyramid from a new base. Until now thought was that the portcullises were destined to prevent looters from entering but now it is evident that they are to prevent water from leaving. It is for this reason that they have been by-passed so easily.

 In fact all logical investigative thought on this matter has to be restarted !

mecanisme-6e575

New interior plan

 If we follow the progress of the free-flowing water it engulfs the ascending corridor until the granite plugs. As the ascending corridor is filled up and the weight of the column of water grows the first plug in the descending corridor seals the passage towards the subterranean chamber. The excess water is evacuated by the well (at the bottom of the grand gallery) towards the subterranean chamber, which was used only as a receptacle.

 This explains why this chamber has not been completed ! It was not acting as a provisional tomb but of a simple vat destined to receive water, and probably sand also, for a temporary mechanism.

retention-7e564

Subterranean chamber

 So, to the Queen’s chamber. It simply served to test the sinking mechanism of the floor, also before the shafts were put to use they reached the same level as the King’s chamber. It only acted as a test chamber and not as another provisional tomb as is held in certain official theories.

So, let’s look at the King’s chamber.

chambre_sous_pression-3d485

 We can easily imagine that the pressure obtained by the filling of the shafts could also move the blocks, which fitted with holes, would allow the free flowing of the sand through the shafts allowing the moving of the blocks in the level above the King’s chamber and so opening the true doors of the pyramid.

 The King’s chamber would therefore only be a level switch. A simple hydraulic lock !

conduit_a_sable2-57c47

Click to download mechanism sketchup 6 model.

 Key

  Existing

 1- King’s chamber.

 2- Queen’s chamber.

 3- Subterranean chamber.

 4- Grand gallery.

 5- Portcullis chamber.

 Supposed

 A- Crossbeam with hole (the sand switch).

 B- Superior shaft full of sand.

 C- Inferior shaft empty towards the floor of the subterranean chamber.

 D- Shaft full of sand towards the opening mechanism of the real doors.

 The existence of a vertical shaft descending to the floor of the subterranean chamber alone explains the inclination of the north shaft and why it is shorter in length than the ones of the Queen’s chamber.

 It further explains the presence of the subterranean chamber as the distance between the walls in any other construction would not be sufficient to support the weight above unless it was a natural chamber dug out from the chalk.

 Of course, it would remain as a chalk membrane in the ceiling of the subterranean chamber but could it yield under the weight of the sand above if the shafts were full after activating the mechanism ?

tympan_de_conduit-2-b00ce

amorce_de_conduit-c29da

 Preparation for a shaft in the subterranean chamber ceiling

 We can almost follow this theory like footprints in the pyramid !

 It will be most interesting if Dr Zahi Hawass (Secretary General of the Supreme Council of Eqyptian Antiquities) could check this preparation for a shaft in the ceiling of the subterranean chamber using a sonar scanner.

 If there was a vertical shaft behind it would be proof positive of the existence of a secret opening mechanism camouflaged in the heart of this pyramid.

 In this case we can be sure that one or more of these secret chambers clearly exist and that they have remained unviolated.

 For all knowledge of the position of these secret rooms and all details of this theory read the book by Philippe Lheureux and Stéphanie Martin “THE GREAT PYRAMID OF EGYPT – The seven disturbing truths”.

 The authors also invite you to view their book where you will discover other interesting elements not present in this article. 

 

 

 

 

 

 

 

 This french article was translated into English by Jonnie Hurn