Chambres de décharge ou plafonds de charge ?


Pyramide de Cheops: A quoi servaient les 5… par superlutin93

 Dans leurs théories, Jean-Pierre Houdin ou Pierre Crozat nous expliquent que les constructeurs de la pyramide de Chéops ont réalisé la grande galerie dans le but de faire circuler le contrepoids nécessaire à l’acheminement des poutres de granite des 5 plafonds de la chambre du roi.

 Si c’est vrai, cela démontre une belle anticipation de la part des constructeurs et que tout a été calculé avec une précision extrême. Renvoi de cordages, poids des poutres à tirer, réarmement du contrepoids etc .

 Dans ce cas la , n’est-il pas judicieux de penser que les constructeurs, avant de s’occuper de savoir comment ils allaient faire pour tirer les poutres se soient penchés sur le problème de la section minimum d’une poutre en granite devant supporter uniquement son propre poids sur une portée de 5.24m (largeur de la chambre du roi)

 Après tout , toute économie d’efforts inutiles aurait été la bienvenue surtout quand on sait que les poutres venaient de carrières situées à  près de 1000 km de la pyramide.

image009

Les barres rouges représentent les niveaux possédant des joints entre les poutres.

poutres-5dbf4

Les parties rouges représentent tout le granite monté en plus de la section minimum (rectangle bleu)

 En observant les coupes longitudinale et transversale sur la chambre du roi , on constate que :

1- Toutes les poutres des 5 plafonds ne supportent que leur propre poids puisqu’il y a de l’air au-dessus d’elles.

2- Chacune d’elle franchit les 5.24 m.

3- Les poutres sont toutes taillées sur 3 faces, ce qui dénote une volonté d’économie d’efforts inutiles par les constructeurs.

4-Les poutres du premier plafond sont les plus hautes.

5- Seules les poutres du premier et du deuxième plafond on des joints bourrés entre elles (c’est la petite écriture presque illisible sous les poutres)

6- Les deux premiers plafonds sont aussi les plus homogènes dans leur épaisseur.

7-Le dernier niveau de poutres est situé entre les chevrons. Ces dernières ne peuvent donc pas servir de rehausse ou de  butons.

8-La section minimum utilisée par les constructeurs est celle de la poutre (en bleu) du 5 ème plafond dont le trait jaune touche l’arase supérieure.

 Cette poutre de section nettement inférieure aux autres a aussi bien résisté au temps que les autres poutres d’où la question : à quoi cela pouvait-il servir de mettre en place de plus grosses poutres ?

 Les constructeurs auraient pu mettre uniquement des poutres de cette taille et cela aurait fonctionné tout aussi bien . Rien qu’en mettant à plat les blocs du premier plafond et certaines grosses poutres des niveaux supérieurs , ils auraient eu moins de joints et au final moins de poutres à mettre en place.

 En fait tout ce qui est en rouge au dessus des traits jaunes est du granite monté inutilement et cela avoisine visiblement les 30% du poids total ! et 80%  dans le cadre d’une simple rehausse car tout ce qui a été mis en plus des deux traits noirs (qui matérialisent deux rangées de butons) n’a absolument aucune utilité.

surplus

 Etrange non pour des constructeurs montrant par ailleurs leur volonté de faire l’économie de la taille d’une des faces de chaque poutre ?

Et s’ils ne pouvaient pas faire autrement ?

 Vous l’avez compris si vous avez vu les vidéos de notre théorie, la seule manière de rendre logique cette structure et son surplus de poids est la lutte contre les effets de la pression hydraulique.

 Le plafond de la chambre du roi fait 10.48m x5.24m soit 54.91 m²

Suivant la loi de Pascal, si l’on rempli complètement un des conduits de la chambre du roi avec de l’eau , on va obtenir une pression de 34 mètres de colonne d’eau donc 3.4 bars sous l’air comprimé. Celui-ci retransmettra presque intégralement les 34 tonnes de poussée par m² sur le plafond.

Une pression capable de soulever un couvercle de (54.91m² x 34t/m²) = 1867 tonnes avec de l’eau claire mais un peu plus encore si l’on utilise de l’eau boueuse dont la densité est supérieure à celle de l’eau claire.

 pression1

pression2

Nous avons fait le calcul du poids des poutres qu’ils ont mis en place et il est de 2200 tonnes avec une densité du granite de 2.5 tonnes par m³ pour tenir compte des joints.

Ils ont mis juste 333 tonnes (*) de plus que ce que la pression peut soulever  si on utilise de l’eau claire.  Moins encore avec de l’eau boueuse.

(*) à peu de chose près le poids du dernier plafond.

  S’ils avaient limité la section de leurs poutres à la section minimum qu’ils ont utilisé , ils n’auraient obtenus que 2200 tonnes – 30% = 1540 tonnes , ce qui fait que l’ensemble se serait soulevé avant même la pression maximum atteinte. On retrouve le même problème en cas de fuite d’un des joints du premier plafond. Si l’air comprimé passe dans la chambre de Davison, il n’y a plus assez de poids de granite au dessus pour compenser les effets de la pression. Il faut donc décompresser et c’est la, le rôle du passage crée entre la grande galerie et la chambre de Davison.

 Certains égyptologues ne sont pas d’accord avec cette histoire de pression mais c’est pourtant la seule hypothèse capable de rendre parfaitement logique cette structure avec son surplus de poids et le fait que les poutres du premier plafond en contact avec la pression soient les plus hautes (donc les plus résistantes). Vu sous cet angle, tout devient parfaitement logique et calculable.

 Voici à quoi la chambre du roi aurait du ressembler si les constructeurs n’avaient pas eu autre chose en tête qu’un simple tombeau.

tombeau-a2242

  À noter qu’ils leur suffisait d’éloigner légèrement la chambre du roi vers le sud pour éviter que la descente de charge n’endommage la grande galerie. L’hypothèse du rehaussement des chevrons ne tient donc pas ! Celle du Djed symbolique non plus d’ailleurs vu que tous les dessins de Djed ne montrent que 4 niveaux.

 Dans le cadre d’un simple tombeau, ils auraient facilement pu éviter quatre niveaux de poutres supplémentaires mais pour une serrure hydraulique, ils ne pouvaient pas faire autrement du fait de la pression.

 On est tous d’accord sur le fait que seul les chevrons calcaires déchargent la chambre du roi du poids des niveaux supérieurs mais pour le reste, les fameuses « chambres de décharge » ne sont en fait que des plafonds de charge permettant d’alourdir le couvercle d’une cuve destinée à être mise sous pression. Tous les indices visibles concordent, y compris le gros monolithe de granite situé au-dessus de l’entrée de la chambre du roi et permettant de protéger l’antichambre des effets de la pression. Il serait peut-être temps que les égyptologues se rendent compte qu’il n’y a rien de symbolique dans cette structure et quelle est parfaitement explicable par le calcul à partir du moment ou l’on admet que la « chambre du roi » était une cuve étanche destinée à être remplie d’eau.

 Pour tout connaître de la position des salles secrètes et des moindres détails de cette théorie, lisez le livre de Philippe Lheureux et Stéphanie Martin « GRANDE PYRAMIDE D’EGYPTE: Les sept vérités qui dérangent »